Le gouvernement espagnol a refusé aux Catalans de droit de voter librement pour leur indépendance. La véritable nature du conflit est apparue au grand jour : celle d’un peuple qui en opprime un autre.

Pour le moment, l’Espagne est la plus forte.

Pour le moment, parce que le recours à la force à sérieusement affaibli l’Espagne.

Une Espagne en sursis

L’Espagne a perdu beaucoup d’appui dans la population catalane.

Pour dire plus précisément, ce sont les politiques imbéciles du gouvernement du Parti Populaire qui ont poussé les Catalans vers l’indépendance. Une première fois en 2006, quand ce parti, fondé par d’anciens franquistes, a contesté en Cour suprême espagnol une entente sur l’autonomie de la Catalogne. Pourtant, cette entente avait été décidée entre le gouvernement catalan et le gouvernement espagnol, dominé à l’époque par une coalition de gauche. La Cour suprême finira par abroger plusieurs articles importants de l’entente. Une cour au service de l'oppresseur. Le Parti Populaire montrera toute sa bêtise une seconde fois, après son arrivée au pouvoir en 2011, en refusant plusieurs fois la tenue d’un référendum démocratique en Catalogne. Ici, c’est le gouvernement espagnol qui opprime directement les Catalans. Toujours au nom d’un droit qui n’est que de l’oppression.

Le pouvoir de Madrid s’est ainsi considérablement affaibli. Il devra de plus en plus gouverner la Catalogne avec la force brute. Jusqu’à ce que les Catalans prennent leur revanche, peut-être très bientôt. Peut-être dans dix ou vingt ans. Il faut espérer que cette revanche soit pacifique, mais l’usage de la force ne peut pas être exclu.

L’Espagne a aussi perdu son statu de démocratie. Même si Madrid tente désespérément de convaincre le monde entier que son action est démocratique et que ce sont les Catalans qui ne respectent pas la démocratie. Personne n’est dupe de cette triste mascarade.

Une comparaison qui fait mal

La stratégie des conservateurs espagnols peut être comparée avec celles adoptées par les gouvernements canadiens et britanniques, respectivement à l’égard du Québec et de l’Écosse. Si Ottawa et Londres avaient refusé des référendums sur l’indépendance, alors le sentiment indépendantiste aurait sans aucun doute été multiplié tant chez les Québécois et que chez les Écossais, jusqu’à ce que ni Ottawa, ni Londres ne puissent plus y résister.

Mais voilà, Londres, Ottawa, les indépendantistes québécois et écossais ont tous placé la démocratie au-dessus de leur nationalisme respectif. Cette attitude les honore tous. Ce type de respect de la démocratie est le même que celui qui a poussé les élites économiques et intellectuelles de la Grande-Bretagne à se rallier au vote majoritaire en faveur du Brexit, même si elles étaient majoritairement contre. On est démocrate en entier ou on ne l’est pas.

Ottawa a-t-il triché, notamment en dépensant davantage que les limites électorales le permettaient ? Oui bien-sûr. Londres a-t-elle noirci à l’excès les inconvénients d’une indépendance de l’Écosse ? Absolument. Les indépendantistes québécois ou écossais ont-ils menti en atténuant les difficultés de l’accession à l’indépendance ? Certainement. Mais à la fin, les votes référendaires ont eu lieu, dans des conditions plus qu’acceptables.

Un déni de démocratie

En Catalogne, il n’y a pas eu de vote référendaire dans des conditions acceptables à cause de l’entêtement du Parti Populaire qui tient le gouvernement à Madrid. Un vote que le gouvernement espagnol aurait très facilement pu remporter jusqu’à récemment.

Les dénis de démocratie mettent toujours à nu les relations de pouvoirs. Dans ce cas-ci, les Catalans sont bel et bien apparus comme les prisonniers de l’Espagne des nostalgiques du franquisme.

Aucun démocrate véritable ne peut appuyer les néo-franquistes du gouvernement espagnol actuel.

Lien article  :   http://www.journaldemontreal.com/2017/10/01/la-catalogne-prisonniere-de-lespagne